Divers

Publié le jeudi 26 juillet 2018

Cette année, l’hiver humide et les fortes pluies du mois de juin, ainsi que les orages ponctuels après une journée chaude, sont très favorables à la prolifération des moustiques. L’EID (l’Entente Interdépartementale de Démoustication de la façade Atlantique), seul organisme habilité, intervient dans les marais pour limiter les moustiques d’eau salée et dans les fossés contre les moustiques d’eau douce (espèces différentes). Les traitements sont effectués par projection d’une bactérie qui s’attaque aux larves de moustiques quand elles sont dans l’eau. Malgré les forts renforts de l’EID, la régulation est particulièrement complexe à cause des conditions climatiques. De plus, d’autres espèces se développent exclusivement dans les jardins. C’est pourquoi il est primordiale d’agir chez soi en supprimant toute eau stagnante. Une bassine abandonnée, un récupérateur d’eau de pluie non fermé, ou encore des soucoupes de pots de fleur non vidées, sont des gîtes à moustiques pour des milliers de larves, dont les adultes une fois volants, resteront à proximité des habitations.

Rapport d’activité de l’EID

 

 

Quelques gestes à effectuer pour éviter la prolifération

Partager cette page sur :